Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 20:40

 

Je déménage. À moins d'avoir un satellite personnel, un raccordement pirate au réseau d'eau, et une dynamo pour les soirées d'hiver, impossible d'échapper à la valse des résiliations et ouvertures de comptes.  

Je m'attelle donc au transfert de mon opérateur Internet : appelons-le Numéricab' (à la brestoise, quoi !). Soucieuse de promouvoir le contact humain, je passe en boutique. Une fille, seule au milieu des box et des écrans de télé, me répond qu'en boutique on ne procède pas aux déménagements, qu'il me faut appeler le service client. Et m'assure que je peux par la même occasion faire évoluer ma formule d'abonnement, devenue fort coûteuse et obsolète à l'égard des offres actuelles. Car je suis, comme des hordes de pingouins consuméristes, une cliente fidèle qui n'a jamais rechigné à payer un abonnement téléphone/Internet/et moult chaînes, alors même que je ne regarde jamais la télé (d'ailleurs je ne téléphone pas non plus...).

J'appelle le 3990 (service client), pour tomber sur des kyrielles de plateformes de téléopérateurs installés au Maghreb (main d'oeuvre moins chère, oh la belle entreprise humaniste que voilà ! ). Lorsque, enfin, j'accède au service "déménagement" ("votre temps d'attente est inférieur à...10 minutes"), une opératrice m'explique qu'il me faut d'abord procéder à la modification de mon offre avant d'effectuer le déménagement en question, qui me réengage automatiquement pour un an. On m'oriente donc vers le service "modification" ("votre temps d'attente est inférieur à...10 minutes"), où l'on me répond qu'il faut d'abord activer le déménagement, après quoi la modification sera prise en compte... 

IMG_2342.JPG
Retour à la case déménagement. Une énième opératrice enregistre ma nouvelle adresse et me demande si mon nouveau domicile est bien raccordé (C'est depuis la prise Numéricab' de mon nouveau logement que je vous appelle, justement...). Elle tient néanmoins à procéder au contrôle de l'éligibilité de l'adresse (au cas où j'aurais pris une vulgaire prise secteur pour une prise câblée frappée du saut de l'opérateur) et... me coupe la ligne. Résultat : 45 minutes passées au téléphone, pour rien. Ça, c'était le matin.

Le midi, rebelote : je rappelle, d'un portable, cette fois - ben oui, je n'ai plus le téléphone - le service "déménagement", afin de finaliser la procédure ("votre temps d'attente est inférieur à..."). Une nouvelle opératrice (mais c'est une pépinière !) nous assure que nous pourrons procéder à la modification souhaitée, dès que la ligne sera réactivée.
L'après-midi : le modem s'est allumé, la ligne fonctionne à nouveau. Je rappelle donc le service "modification" ("votre temps d'attente..."), qui m'informe qu'il est impossible de procéder à une modification, puisqu'"une modification est déjà en cours" (à savoir : le déménagement. Vous suivez ?). Game over : voulez-vous rejouer ?

Lundi matin (l'empereur, sa femme et le petit prince...), je rappelle le service "modification" ("votre temps..." Mais ta gueule !). 10 minutes plus tard, on m'annonce que toute modification est impossible, car je suis réengagée pour un an (!). Je me débats, j'assure qu'on m'avait promis, que j'ai passé le week-end au téléphone avec Numéricab', qu'on me balade de service en service, que c'est une bien mauvaise façon de traiter les clients fidèles... Intraitable, "Sarah", de la plateforme "modification" ne veut rien entendre. Ni d'ailleurs me passer son responsable. À bout de nerfs, je demande alors le service "résiliation". Ce à quoi je m'entends répondre qu'"il y a trop de demandes" (de résiliation ? Comme c'est étrange...) et qu'on me rappellera. J'envoie paître "Sarah" (pardon Sarah - si c'est ton vrai prénom - je ne t'en veux pas personnellement, mais à travers ton discours formaté et borné, c'est tout Numéricab' que je voudrais envoyer chier), et je raccroche. 

À l'heure où j'écris ces lignes, j'hésite entre : passer mes nerfs sur un vendeur innocent de la boutique brestoise de mon opérateur détesté ; prendre un abonnement chez Orange, Pomme, Poire, ou même chez Père Dodu s'ils font des forfaits Internet ; balancer mon modem dans le jardin et entamer une danse de la guerre autour ; renoncer définitivement à ces technologies dites "de communication" aux mains de grosses boîtes désincarnées qui nous prennent pour des cons et usent de la désinformation pour nous vendre tout et n'importe quoi. Et nous rançonner tous les mois. L'avenir dira quelle option j'ai choisie. Et joyeux Noël !

Partager cet article

Repost 0
Published by la belette
commenter cet article

commentaires

stéphane 26/11/2012 21:15

Ne balance pas ton modem sinon comment feras-tu pour que nous ayons le plaisir de suivre tes chroniques féroces par la suite ?

Stéphanie 26/11/2012 21:10

Tes publications sont trop rares
Ce qui est rare est cher
Tes publications trop rares sont chères...
Heu..
Je viens de finir "La méthode Schopenhauer", c'était bien (pour réviser la bio de Schopenhauer, parfait et le reste passe assez bien) On manque un peu de philosophie au quotidien, non ? Moi, ça me
manque un peu dans mon quotidien...

Quoi ?

  • : Les chroniques acides de la belette
  • : Les coups de gueule d'une demi-beurette au pays du beurre salé. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant réellement existé serait purement fortuite.
  • Contact

Qui ?

  • la belette
  • 32 et toutes ses dents. Scribouillarde tombée dans la marmite philosophique, cherche l'Humanité la lanterne à la main. Chiante, impatiente, exigeante, avec quelques qualités paraît-il.
  • 32 et toutes ses dents. Scribouillarde tombée dans la marmite philosophique, cherche l'Humanité la lanterne à la main. Chiante, impatiente, exigeante, avec quelques qualités paraît-il.