Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 22:09

 

 

C’est une “ville”, ou plutôt quelques maisons dispersées dans une végétation folle, a 8 km au nord de Pondichéry, en Inde du sud. 2000 personnes vivent ici. Ils ne sont ni Indiens a proprement parler, ni Francais, ni Anglais, ni Chinois… Ou plutôt, ils sont tout cela à la fois. Ils sont “Aurovilliens”.


Il y a, à la base de cette utopie mise en terre il y a une quarantaine d’années, quelque chose de l’idéal platonicien d’une citoyenneté universelle. « Auroville n’appartient a personne en particulier. Auroville appartient a toute l’humanité dans son ensemble », est-il écrit dans la charte fondatrice de cette ville pas comme les autres. Lors de son “inauguration” ce projet, soutenu par l’Unesco, a reçu des représentants de 124 États. En témoigne une urne au fond de laquelle ont été brassées des poignées de terre du monde entier. Terre mélangée, symbole de l’unité du genre humain au-delà de ses différences, à laquelle Auroville offrait un terreau fertile.

 

IMG 4478


Quarante ans après, “la ville de l’Aurore” est une belle plante… hérissée d’épines. En lieu et place des 50 000 habitants initialement prévus, quelque 2000 citoyens qui se heurtent quotidiennement à des difficultés de gestion diverses et variées. Des disparités économiques manifestes, par rapport a la population indienne, mais aussi entre Aurovilliens  eux-mêmes, les nouveaux arrivants dotés d’un bon pécule se faisant construire des villas dans les bois. Des jeux de pouvoir. Bref, des vices et des défauts humains - trop humains - comme dans n’importe quelle société. En ce sens, Auroville est une ville… ordinaire.

 

Mais ce qui fait la beauté de cette cité rêvée qui n’a pas (encore ?) atteint tous ses objectifs, c’est l’envie d’essayer de bâtir une autre humanité. L’idée qu’une autre manière de vivre ensemble est possible. Parmi les nombreuses communautés d’Auroville, Sadhana Forest a fait de reboisement une école de vie où des volontaires du monde entier se pressent. Projet louable, et réalisations visibles, sur fond de sensibilisation a l’environnement.  Vous pouvez en juger sur place : ils accueillent les bénévoles, quelles que soient leurs compétences et leurs motivations.


Ces quelques considérations ne sont pas exhaustives, et je ne cherche a convaincre personne. La cité a déjà bien des détracteurs. Pour ma part, je trouve Auroville touchante, au même titre que toutes les utopies où l’on essaie de faire un pas de côté, pour inventer, imaginer, rêver une autre humanité. Et même si Auroville a les défauts de ses qualités, j’aime à penser que ces “citoyens du monde” font quand même de leur mieux…

Partager cet article

Repost 0
Published by la belette
commenter cet article

commentaires

Quoi ?

  • : Les chroniques acides de la belette
  • : Les coups de gueule d'une demi-beurette au pays du beurre salé. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant réellement existé serait purement fortuite.
  • Contact

Qui ?

  • la belette
  • 32 et toutes ses dents. Scribouillarde tombée dans la marmite philosophique, cherche l'Humanité la lanterne à la main. Chiante, impatiente, exigeante, avec quelques qualités paraît-il.
  • 32 et toutes ses dents. Scribouillarde tombée dans la marmite philosophique, cherche l'Humanité la lanterne à la main. Chiante, impatiente, exigeante, avec quelques qualités paraît-il.